samedi 15 décembre 2012

Petit lexique de La Société

Couverture 4

Chers amis, 

Toute critique intelligemment émise est bonne à entendre. Sachez que je suis toujours attentive aux commentaires qui me permettent de prendre la mesure de mes erreurs et de m'améliorer pour la suite. 

En écrivant Qui de nous deux et en le proposant comme l'entame de la série La Société j'avais consience de prendre un risque, celui de choquer et de déplaire à quelques lecteurs. Et c'est ce qui s'est produit, dans une certaine mesure. 

Bien entendu, je ne viens pas ici me plaindre ni m'excuser, bien au contraire. 

Je me suis dit qu'il serait bien dommage que des personnes qui, n'ayant pas aimé le premier tome, soient peut être privées d'informations qui leur permettraient éventuellement de poursuivre la lecture de la série.

En effet, si "qui de nous deux" va très loin jusque dans l'évocation de pratiques BDSM, il n'en est pas de même dans les tomes suivants qui sont nettement plus abordables pour des lecteurs moins avertis.Ceci dit, s'il est tout à fait possible de commencer la lecture de La Société par le second tome, certaines informations vous feront défaut.

Aussi ai-je décidé de mettre ici, à votre disposition, un petit lexique de présentation des différents personnages dans leur contexte pour que vous puissiez vous y retrouver par la suite.

Je tiens à préciser qui j'évoque ici des éléments qui sont de nature à dévoiler le contenu de "Qui de nous deux". Si vous vous apprêtez à le lire, je vous conseille donc de ne pas prendre connaissance de ce qui suit sauf à éprouver votre curiosité. 

En premier lieu, j'appelle donc celui à qui nous devons tout cela : 

HENRI VALMUR

Au moment où commence "qui de nous deux ? " Henri Valmur vient de décéder à l'âge de 64 ans d'un cancer de la prostate. Philosophe et écrivain de renom, il a joui, jusqu'assez tard dans son existence, d'une réputation de libertin. Célibataire endurci, il a même fondé à une époque une boîte échangiste où s'est épanoui jusqu'à se lasser, estimant finalement qu'elle sombrait dans ce qu'il ne souhaitait pas, la vulgarité. Il a alors mis en pratique sa propre philosophie d'un certain plaisir et fondé dans le plus grand secret une organisation secrète à laquelle il n'a pas donné de nom et qui est devenue simplement, La Société. Il en est bien entendu devenu le président jusqu'à ce qu'il rencontre, au hasard d'un déplacement en province, une jeune femme pour laquelle il a décidé de cesser toutes ses activités occultes, une certaine Mickaëlla.

MICKAËLLA VALMUR.

Au moment de sa rencontre avec Henri Valmur, Mickaëlla a 18 ans. Elle est issue d'une famille modeste d'ouvriers originaires d'une ville industrielle du nord de la France. Eleve brillante, elle a refusé d'épouser l'homme que lui destinaient ses parents pour suivre des études à la faculté de Lille. N'ayant hélas pas les ressources financières pour cela, elle a commencé à travailler dans un bar du centre ville pour finir au bout du compte par abandonner complètement ses études au profit de ce boulot. C'est dans ce bar qu'elle va faire la rencontre de celui qui allait changer sa vie. Henri Valmur va tomber sous le charme de la belle, innocente et brillante Mickaëlla. Plutôt que de rentrer à Paris comme il l'avait prévu, il va rester plusieurs jours dans la capitale des Flandres et réussira finalement à convaincre la jeune femme de l'épouser.

Henri Valmur s'avèrera dès lors plus qu'un mari. Il deviendra pour Micky un véritable professeur, allant jusqu'à faire d'elle un excellent professeur de philosophie dans un lycée privé de Paris. Conscient que leur différence d'âge serait difficile à assumer pour la jeune femme, Henri a pris soin durant les 9 années de leur mariage de la façonner d'une certaine manière, de lui donner assez de caractère pour résister aux rumeurs et à tout ce qui pourrait la blesser, de faire d'elle une femme à la fois secrète et obéissante. De fait les réactions de Micky s'avèrent parfois étranges, voire hallucinantes pour un observateur qui n'aurait pas connaissance de ce qu'a été sa vie aux côtés du philosophe.  Au début de ce récit, Mickaëlle ignore absoluement tout du passé de son défunt mari. Elle se retrouve chargée, à la rentrée scolaire, d'un éléve très particulier dont elle fait d'abord la connaissance des parents, Eléonore et Jacques Duivel.

ELEONORE ET JACQUES DUIVEL.

 Ils se présentent tous deux auprès de Michel Morel, le proviseur du lycée. Leur but est double : ils réclament d'une part que leur fils alexis soit intégré à l'établissement et d'autre part, que Mickaëlla Valmur en soit une sorte de tutrice. Pour convaince Monsieur Morel, Jacques Duivel n'hésite pas à lui faire un chèque d'un montant absolument astronomique. Leur première rencontre avec Mickaëlla est brêve. Les Duivel doivent quitter Paris pour New York où ils ont l'intention de s'installer tout en laissant Alexis aux bons soins d'un majordome et de sa tutrice. C'est au cours des mois qui suivent qu'elle va découvrir ce que sont vraiment les Duivel.

Eleonore est une femme blonde, très élégante et discrète, presque effacée. Il s'agit pourtant d'un des plus grands nez de la parfumerie française. Quant à Jacques, il dirige une branche importante d'une grande maison de luxe. Petit à petit, Mickaëlla va apprendre de la bouche même de leur fils que l'image de ce couple cache en réalité des pratiques sexuelles très affirmées. La douce Eléonore apprécie en effet se soumettre à la sévère domination de son époux. 

Ce n'est qu'à la toute fin du récit que Micky va découvrir que Jacques Duivel était non seulement l'ami intime de son mari mais qu'il exerce à présent les fonctions de président de La Société et que sa démarche en début d'année n'avait d'autre but que de satisfaire les dernières volontés d'Henri qui désirait offrir à son épouse ce qu'il n'avait pu lui donner lui même, l'amour et le plaisir. Et c'est par le biais de ce stratagème que Jacques a choisi son propre fils Alexis pour honorer ce devoir moral. 

ALEXIS DUIVEL.

Il se présente comme un jeune homme à la beauté si ténébreuse qu'elle envoute autant qu'elle fait reculer certaines filles. Alexis est doté en outre d'une intelligence hors norme et d'un don exceptionnel. Plus que sa mère encore, il a développé un odorat aussi puissant qu'infaillible dont il se sert à des fins parfois peu honorables. 

Au début du récit, il se fait passer pour un lycéen de 17 ans qui n'a jamais été scolarisé de manière "classique" disposant pour ses études de précepteurs particuliers. Petit à petit, il profite de la relation particulière qui s'impose à Mickaëlla pour entrer progressivement dans son intimité. Chaque jour qui passe, il prend progressivement le contrôle de son professeur qui, bien qu'elle s'en rende compte, ne peut résister à la curiosité de plus en plus sensuelle qu'il éveille en elle. Alexis l'entraîne, étape par étape, toujours plus loin dans l'éveil de ses sens et dans le plaisir jusqu'à ce qu'elle succombe à son élève le jour même de ses pseudos 18 ans. Car au fur et à mesure où Mickaëlla va se soumettre à Alexis, elle découvrira certains détails troublants, à commencer par le fait qu'il lui a menti sur son âge réel. Alex n'a pas 17 ans au moment de son arrivée au lycée mais bientôt 20.  

Ce mensonge n'est pas le seul. Manipulateur à souhaits, Alexis usera sans vergogne des ficelles de la jalousie pour manipuler à loisir Micky. Il se servira ainsi de Julia, une de ses camarades de lycée pour exacerber les sentiments de sa prof et la conduire où bon lui semble. Il s'avèrera également qu'Alexis, loin d'être étudiant, travaille déjà en tant que nez lui aussi et qu'il connait parfaitement les fonctions de son père au sein de la Société. Non seulement, il les connait, mais il participe au complot visant à séduire Mickaëlla sans toutefois tout savoir de la réalité des choses. A la fin du livre, il se découvrira lui aussi tout aussi manipulé que celle dont il est tombé éperdument amoureux et dont il compte faire sa femme malgré les 8 ans qui les séparent.

 

Madame Jeanne, Bertrand, Jill et Mélanie.

Voici pèle-mèle certains acteurs du réseau de La Société.

Madame Jeanne tient une boutique de lingerie pour grand-mères. C'est en tout cas l'apparence qu'elle donne de l'extérieur. Madame Jeanne est une femme d'une cinquantaine d'années, l'air d'une dame tartine, avec ses petites lunettes toujours posées sur le bout de son nez et son mètre ruban autour du coup. Passé le cap du lourd rideau qui protège l'arrière boutique, elle vous guide cependant dans un tout autre univers. Madame Jeanne est l'indispensable fournisseur de tout ce que peuvent exiger les membres de l'organisation. Outre la lingerie très raffinée dont elle maîtrise à la perfection les rudiments, son sous-sol regorge d'articles voués au sexe sous toutes ses formes, jusqu'au plus extrême. Je ne vous en dit pas plus, car c'est dans le tome 2 que vous apprendrez comment est née sa boutique.

Bertrand est le coiffeur de la Société. Son salon tout à fait normal recèle d'une pièce à part où il n'exerce que pour les membres de l'organsisation. Prêt à rendre toutes les femmes éblouissantes, il s'avère être un confident parfait. 

Jill officie au sous sol d'un institut de beauté pas comme les autres. Cette esthéticienne d'un genre particulier pratique aussi bien la torture de l'épilation que le divin plaisir d'un massage hautement relaxant.

Mélanie a été recrutée par Jacques Duivel dans une boîte SM sordide dont il l'a sortie pour la placer en tant que vendeuse dans un boutique de luxe d'une avenue très réputée de Paris où se donnent rendez-vous tous les membres de la Société.

 

Voila, vous savez tout à présent...j'espère que je n'ai rien oublié... si c'est le cas, je m'empresserai de compléter mon tableau.

Vous retrouverez tous ces acteurs dans chacun des tomes suivants de la série. J'espère que cela pourra être utile à toutes celles et ceux qui n'auraient pas l'intention de lire qui de nous deux mais qui seraient tentés par la suite des aventures de ma petite organisation secrète. 

Je remercie toutes les chroniqueuses et les lectrices qui m'ont ouvert les yeux sur la difficulté que représentait la lecture de ce livre. J'avoue que je n'en ai pris la mesure qu'en lisant leurs commentaires. J'ose espérer donc que ce petit lexique aura une quelconque utilité. 

Je vous en souhaite une bonne lecture.

A très bientôt pour la suite ...

Amicalement

Votre Angela.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par LaSocieteOmega à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires sur Petit lexique de La Société

Nouveau commentaire