mardi 20 mars 2012

Souvenir de table de Monsieur Théobald.

The-English-Gentleman-by-Monocle


Ah, le porte-jarretelles ! Angela ne pouvait pas le savoir mais cette évocation me trouble à plus d'un titre... Henri. Ce très cher Henri. Votre dévouée Angela en parlera à ses heures mais le souvenir d'Henri Valmur m'émeut comme au premier jour.

 

Henri avait cette classe extraordinaire qui tranchait tellement avec ma gouaille toute parisienne et ma jeunesse argotique. Formé à son école, je pratique aujourd'hui aussi bien le baisemain des grues rafistolées que le clin d'oeil aux bourgeoises affligeantes. C'est ainsi.

 

64267104_pDe porte-jarretelles mémorable, il en fut question, il y a bien longtemps, à la table du Crillon, si bel écrin lové en bas des Champs Elysées. Henri me présente à son ami anglais, John, membre de la Société des amis de Saint Georges et des descendants des Chevaliers de la Jarretière.

 

A table, Henri disserte sur l'une des autres idées reçues de Flaubert selon laquelle la jarretière des femmes du monde devait se porter impérativement au dessus du genou.lingerie_s_duisante

 

La conversation d'Henri n'était jamais ennuyeuse. Mais ce jour-là, mon esprit vagabonde sur les marbres du Crillon. Je pense à la Société des Nations qui a sa plaque ici, à tant de mondanités et de sommités qui imprégnent ces lieux. Je m'attarde sur l'un des miracles que seuls ces établissements savent vous offrir sans qu'ils figurent toutefois à la carte : une jambe....

 

Une jambe galbée. Enveloppée d'un nylon parfait, rejointe rapidement par une seconde, le tout surmonté, ô gourmandise, d'une paire de fesses moulées impeccablement dans cet uniforme de service que je préfère, de loin, à l'Habit vert que John est venu carresser en France si j'en crois Henri.

 

Se baissant un peu, la serveuse laisse apparaître un bout de la jarretelle retenant son bas noir. En communion profonde avec cette jambe révélée, je perçois au loin ce que je crois être une invite aimable d'Henri à deviser sur le sujet. Je prends une gorgée de Dom Pérignon et une fois éclairci, je lance sans grande précaution, j'en conviens :

 

- “A votre avis, la culbutante, c'est au-dessus ou en dessous du porte-jarretelles ? J'vois pas comment tu peux baisser l'pont levis avec un attirail pareil....”

 

John est écarlate et ne sait plus où porter ses yeux. Mon grand ami, habitué de mes débordements, me regarde, l'oeil rieur, le sourcil fronceur et, d'une voix posée, me dit en contenant difficilement son envie de rire :

 

- “Théobald !!! Théo-bald !!! Tsss, tsss, tsss...Théo...Si les jarretières ont été abandonnées car elles garrottaient les jambes, crois-tu que les femmes aient choisi un tel arnachement si elles n'y trouvaient pas une compensation ?”

 

Je ressasse la problématique de cette culotte qui est, tantôt dessous, tantôt dessus et j'échaffaude toutes les modalités pratiques de l'affaire. 

 

Henri met rapidement fin à ma réflexion solitaire :

 

- “Que ferait un homme de bonne société de trop de jouets Théo, mon ami...Il jubilerait de l'un, maltraiterait l'autre...Une seule sophistication peut créer l'élégance, la séduction et le désir....pourquoi veux-tu t'encombrer ?"

 

- "Vous voulez-dire, Henri, que dessous...enfin, dessus..., rien... ?"

 

Henri se met à rire de bon coeur :

 

- “ Dessous, dessus, Théo, quelle importance ! Depuis “L'Ange Bleu”, mon ami, la femme est libre de choisir ni l'un ni l'autre et cette liberté-là n'a pas de prix ! Ta jouissance a commencé au bas d'une jambe inconnue et la douce torture est qu'il se peut, ma foi, que tu n'aies jamais la réponse pour toutes les jambes que tu croiseras dans ta vie...“

L_92ange_20bleu

Henri. Mon ami. Mon vieil ami. Si vous saviez que bien des années plus tard, sous le signe de l'Omega, j'ai retrouvé la serveuse du Crillon. Et tandis que je remontais les flancs de cette douce colline à la découverte de nouveaux horizons, mon sourire béat attira l'attention de mon hôtesse.

 

- "Un souci, Monsieur Théobald ?"

 

- "Non, non, rien Patricia. N'ayez crainte. Juste un souvenir gravé dans le marbre...."

 

Je vous souhaite une douce nuit mes chères amies, Monsieur Théobald se couche tôt désormais.

 

Théobald

Posté par LaSocieteOmega à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Souvenir de table de Monsieur Théobald.

Nouveau commentaire